08 janvier 2015

Nous sommes tous...

  "Celui qui tue un homme, tue toute l’humanité" - (Coran : Sourate 5, Verset 32) -   Je suis Charlie Hebdo Je suis Cabu, caricaturiste Je suis Wolinski, dessinateur Je suis Charb, dessinateur et journaliste Je suis Bernard, économiste Je suis Tignous, dessinateur Je suis Michel, secrétaire général des Carnet de voyage Gérard Gaillard Je suis Honoré, dessinateur Je suis Mustapha, correcteur, invité par la rédaction Je suis Franck, brigadier au service protection Je suis Ahmed, policier du 11ème arrondissement... [Lire la suite]
Posté par Leirisanne à 08:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 janvier 2015

Neige

  Comme elle est lente, la rivière, dans la léthargie de l'hiver ! La fleur brûle sous le gel et ses pétales scintillent dans l'enchevêtrement des branches comme des broderies de cristal. Le vent, comme une voix du passé, palpite et vibre à mon oreille... Les sapins portent d'un geste las le poids de la lumière et au loin, dans des transparences glacées, les couleurs s'évaporent. Les souvenirs affluent et montent en moi comme une brume dans le matin. Leurs longues plaintes gonflent la harpe du vent et s'attardent dans... [Lire la suite]
Posté par Leirisanne à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 décembre 2014

Un instant

    Le champs de blé à l'entour semblait une houle que le vent gonfle et déforme, et parmi les herbes, s'incrustait un chemin comme la ligne de vie s'incruste dans la paume de la main. Il menait à une maison où vivaient des présences familières que j'avais hâte de retrouver. La table m'invitait à partager le pain et le vin, et ma lassitude s'envolait dans l'âtre déclinant. Le silence me guidait. Je savais que la route de ma vie repartait de mes mains, et je rêvais aux voies tracées par mes désirs. Immobile, je... [Lire la suite]
Posté par Leirisanne à 07:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 décembre 2014

Un défini indéfini

  Il gelait... Sous le ciseau de l'hiver, la rivière avait pris son envol au dessus de la faille, dans l'immobile élan d'une statuaire mystérieuse, et le temps égrenait fixement en cascade une éternité de cristal. Le soleil, prisonnier du prisme des glaces, offrait au regard une saveur d'eau pure que je goûtais jusqu'au vertige dans l'absolu du rêve.Oui, ce moment me précipitait dans un torrent d'images glissant sur l'onde plus profonde d'un songe dont je cherchais à comprendre le sens. En fragile équilibre au rebord de cette... [Lire la suite]
Posté par Leirisanne à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 novembre 2014

Ma bibliothèque

Ma bibliothèque idéale est un lieu ouvert aux amis et aux gens de passage qui parfois trouvent là de quoi se distraire ou se nourrir. Les autres passent librement leur chemin... ou s'attardent simplement pour regarder et bavarder. Elle se trouve entre deux troncs d’arbres dont les larges houppiers se rejoignent afin de la protéger de la pluie. Les livres sont rangés sur des étagères de planches brutes, parfois sur des plaques d'ardoise. Les lectures en cours s’empilent au sol sur de larges rondins de frêne servant également de... [Lire la suite]
Posté par Leirisanne à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2014

Avec le vent

  Seule au sommet de la montagne, j'écoute et je vois le silence sans forme du vent... Invisible, il touche. Immatériel, il frôle, dérange et brise, envole les nuages, sculpte la neige et affûte la glace. Seules sont visibles, entre les falaises bleues, les spirales de l’oiseau ivre pris dans les tourbillons... Hêtres chantants aux flancs des roches, harpes brutes remontées du fond des gorges, franges soufflées sur la crête des vagues, pierre qui roule jusqu’à la rivière et tombe... écume, cercles, rondes de feuilles,... [Lire la suite]
Posté par Leirisanne à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2014

Les lapsus

  On connaît le lapsus linguae (« Ma fourche a langué, euh... ») et le lapsus calami (erreur d'écriture d’abord avec le calame - roseau taillé pour l’écriture - puis par extension la plume ou le stylo d’aujourd’hui)... Mais on a cherché longtemps un équivalent pour la faute de frappe. François Campan, linguiste, propose à ce sujet : "Le Lapsus freudien est très rare à l’écrit. On ne peut pas le confondre avec des fautes d’orthographe ni des fautes de frappe car, comme un acte manqué, il est en général réussi et la plupart du... [Lire la suite]
Posté par Leirisanne à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 novembre 2014

A la manière de... Raymond Devos

Cette nuit, j’ai pas fermé l’œil. Enfin, quand je dis « pas fermé l’œil »… j’en ai bien fermé un, mais c’était pas le bon. C’était le mauvais œil. Je lui ai ordonné de rentrer dans sa coquille, mais il a fait la sourde oreille. Alors je l'ai surveillé du coin de l’œil toute la nuit, et j’ai fini par tourner de l’œil... C'est pour ça que ce matin, je n’ai plus les yeux en face des trous !   Comme j’avais des courses à faire, je suis sortie quand même, mais je n’y voyais goutte et en traversant la rue, j’ai failli me faire... [Lire la suite]
Posté par Leirisanne à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2014

Les mots

  Trop de mots,des mots inauthentiques, des mots pour rien ou pour remplir un vide... des mots uniquement par peur de l'intensité du silence des mots incessants tellement inutiles des mots-bruit pour taire les voix intérieures de notre vérité profonde des mots pour nier nos peurs des mots pour couvrir la voix des autres des mots pour contraindre au silence et ignorer la vérité des mots-paravents pour se camoufler des mots-masques pour sembler un autre des mots pour se gonfler d'importance des mots pour s'écouter et ne pas... [Lire la suite]
Posté par Leirisanne à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2014

Chants d'oiseaux

Avez-vous remarqué que quelque soit l'endroit où l'on s'endort, une chambre en ville ou une ferme à la campagne, on est souvent réveillé par le chant d'un oiseau. Que ce soit au coeur d'un désert, au bord de la mer, au pied d'une montagne, il y a toujours un oiseau pour nous annoncer l'aube nouvelle.... Le monde change, la civilisation est de plus en plus envahissante, pourtant, avec les premiers rayons du soleil, nous avons encore droit chaque matin à ce chant merveilleux...
Posté par Leirisanne à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]