450px-Villa_des_Allées_à_Mauléon_(girouette)
Mot créé au début du 16ème siècle de "girer" (tourner) avec la terminaison "rouette" de pirouette.


La girouette, dans son sens figuré (la girouette humaine), c'est celui ou celle qui a toujours le cul entre deux chaises, qui tourne à tous les vents... Oui, non, mais non, mais oui... On cloche des deux côtés... Un coup à gauche, un coup à droite... (cf la chanson de Jacques Dutronc "Je retourne ma veste... toujours du bon côté"). Un peu comme le caméléon qui change de couleur selon l'endroit où il se trouve. Un coup rouge, un coup vert...


Généralement, les girouettes sont là-haut, tout là-haut... Il faut dire que la girouette, dans son sens premier (l'objet), tourne d'autant mieux qu'elle est plus haut placée.

Par contre, les girouettes humaines, c'est quand elles sont en bas qu'elles doivent tourner pour pouvoir se placer... en haut.

Une fois parvenues en haut, elles se reposent sur leurs lauriers. Mais... attention, une girouette qui se fixe risque de rouiller... ou de servir de paratonnerre...


Pour terminer, la citation d'une girouette célèbre qui parvint à se fixer sur le "perchoir", (comme toute girouette qui se respecte) :

"...ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent..." Edgar Faure, homme politique français, président de l'Assemblée Nationale, à qui l'on reprochait "sa capacité d'adaptation" (joli euphémisme qu'on utilise parfois à la place de "girouette")...